Week-end prolongé, pas pour tout le monde, je sais.

Ayant vu sur le forum que Quicky était dans la région, je lui ai proposé une sortie et comme il séjournais chez Claire et Frank, rendez-vous a été pris  samedi pour faire la mine.

L’age aidant je n’ai plus toute ma tête et je me suis trompé de parking.

Bilan de la journée, pour moi, quelques courses à Annecy pour préparer le départ pour la Corse, pour eux un départ un peu tardif pour la mine et Frontenex l’après-midi.

Comme ils ne sont pas rancuniers, rendez-vous le dimanche pour Angon au parking du haut, Claire assurant la navette.

Départ tranquilou pour le pont des fées avec Frank et Fabien.

Quelques vasques plus loin, départ de la C60, avec de l’eau à la cheville sur le seuil, donc tranquille, un peu d’appréhension pour Fabien peu habitué aux « grandes verticales ».

La paroi est très glissante mais le débit correct. Claire est descendue à la passerelle pour nous voir passer. Fabien doit plonger pour récupérer son sac qui, sans bidon, à coulé dans la vasque. L’eau est limpide et pas très chaude.

Tout le reste s’enchaîne dans la bonne humeur, les vasques tourbillonnent un peu et Fabien à sorti 3 fois des salamandres piégées et un peu épuisées.

Retour au parking amont  pour la casse-croute et départ pour Thônes afin de rejoindre Nicolas avec pour objectif le nant Bargat.

Grosses gouttes orageuses en arrivant au rendez-vous et replis sur la belle inconnue, Frank jette l’éponge.

Débit important mais sans plus, juste quelques gouttes en montant.

Lundi c’est moi qui abandonne, toujours les préparatifs pour la Corses.

Mardi, premier mai, rendez-vous à Thorens-Glières avec cette fois  Delphine, Pascal et Manu qui viennent grossir la troupe, direction la Filière que Frank fait en voisin pour la première fois.

C’est aussi le cas pour Delphine, Manu et Fabien, bien sûr.

Jolie marche d’approche, le ciel est plus ou moins couvert mais pas de pluie, encore quelques langues de neige dans les bois, le torrent ne semble pas très actif ni aux passages des gués ni au départ mais tout de même plus qu’au mois de juillet dernier. Par contre les deux affluents coulent, c’est pas très violent mais ça coule.

Les marches et désescalades s’enchaînent entrecoupées de cascades, un peu monotone, jusqu’aux confluents où tout s’anime un peu, vasques profondes et froides qui réveillent ceux qui avaient laissé leur combi ouverte, un débit accru, de bons encaissements enfin tout pour plaire pendant un trop court instant avant de reprendre la progression dans les blocs et les bois.

Fin de WE chez Claire et Frank qui font auberge espagnole et retours respectifs dans nos vallées.