Conseil de remise en état de canyonmobile

Le coin des habitués ! Forum destiné à toutes les discussions un peu hors-sujet ou inclassables... Ceci ne signifie pas pour autant qu'y est autorisé le SPAM et assimilés...
Avatar de l’utilisateur
IP
Modérateur
Messages : 3652
Inscription : ven. 19 mars 2004 18:30
Localisation : Pas loin de l'eau verdonesque
Contact :

Conseil de remise en état de canyonmobile

Message par IP » jeu. 29 août 2019 00:05

Je suis en train de suivre la procédure caracalesque suivante pour vendre ma canyonmobile.
-----------------------------
*Comment vendre votre canyon-mobile puante à un concessionnaire ?*

Le canyon c’est bien, mais il faut une voiture. Cette voiture doit être prête à tout, traverser des fourrés touffus sur des pistes cahotantes. Résister au froid, au chaud, à la pluie, au gel, à la grèle…etc. Vous y vivez dedans avec la clim’ l’été et et le chauffage intégré au gaz l’hiver.

Moralité, au bout de quelques années cette voiture ressemble à un tas de boue. Elle est striée de long en large, par de profondes rainures faîtes par les branches. Les spolieurs en caoutchouc ont explosé, arrachés par des bord de route trop hauts. Le protège châssis en plastiques est en lambeau. Le bas de caisse est défoncé, des touffes d’herbes étant coincées entre les tuyaux. L’intérieur pue le bouc dans une ambiance sub-tropicale. Les bibelots en plastiques sont cassés, 1 boutons sur 2 ne remontent plus les vitres. Inutile de vouloir laver la vitre arrière, l’injecteur est bouché depuis belle lurette et on ne parle pas du moteur et des suspensions ayant parcouru 50 000 km de piste pour 100 000 km de goudron. Surtout que la fermeture centralisée des portes est HS et qu’une fois sur 2 la voiture ne démarre plus du fait de problèmes électriques (Tout a rouillé suite au dernier hiver de bivouac !). Pour passer les vitesse vous avez un levier spécifique tellement elle coince dans l’embrayage qui d’ailleurs dégage une odeur de roussi dès que vous faîtes un manœuvre. Bien entendu, vous dépassez de loin le plafond de kilomètres annuels de ce type de véhicule. Et enfin, comble du comble, la clim a rendu l’âme.

Pourtant, il faut la changer et vous n’avez pas un rond d’autant plus que vous n’avez toujours pas fini de la payer.

Comment vendre un tel os ?

Voilà quelques conseils :

*Maquiller la voiture* : Le plus important est la carrosserie. Allez chez Norauto (Toulon est le meilleur norauto de France, conseil personalisé spécial canyoneur). Achetez les potions suivantes : effaces rayures, pouliche, anti goudron, restauration des plastiques…etc. Vous en aurez quand même pour 45€. (Arghhhhhhhhhhhhh !)

Commencez à laver à grandes eaux votre véhicule. N’ayez pas peur, vous pouvez passer aussi à grand jet l’intérieur du véhicule, il est tellement crade que ça égalisera la saleté. Vous vous rendez compte d’ailleurs que tous les insectes de la terre ont décidé de s’incruster dans la peinture de votre voiture. Ne pouvaient-ils pas choisir celle du voisin. Pour cela laisser des torchons humides dessus pour ramollir l’ensemble. En attendant, nettoyez le dessous de caisse après avoir supprimé tous les protèges plastiques inutile et en charpis.

Les éléments de carrosserie dégagés de sa gangue de boue, vous vous rendez compte que la peinture est recouverte de goudron. Utilisez les antigoudrons qui dissolveront l’ensemble.

A présent tout est propre mais la voiture ressemble à un zèbre du fait des rayures. Utilisez l’antirayure, 80% de celles-ci disparaîtront. Si vous avez l’impression de repeindre votre voiture, c’est normal. Vous l’avez vraiment éclaté. Franchement, y a pas une ou deux pistes que vous auriez pu éviter ! Attention toutefois de ne pas toucher aux plastiques et faîtes cela sur une carrosserie froide.

Mais l’ensemble n’est pas satisfaisant, les couleurs sont irrégulières, les micros rayures se voient encore. Pas de panique, la poulich sera votre sauveur. Passez un bon coup et les dernières traces disparaîtront !

Pour terminer le tout reste à faire luire les plastiques noirs. Prenez un restaurateur de plastique, repassez l’ensemble, ce qui accessoirement fera disparaître vos grands coups de poulich et de peinture. Eh oui, on ne s’improvise pas du jour au lendemain beauf es lettre en tunning de voiture.

A présent l’intérieur. Avec un tournevis décrasser toutes les interstices du véhicule. C’est incroyable tout ce que l’on peut trouver. Ensuite, faîtes briller les plastiques. Nettoyer les vitre ce qui sera d’ialleurs une grande surprise pour vous puisque vous découvrirez que les vitres n’étaient teintées mais couverte de gras. Enfin passer l’aspirateur en utilisant le bout pointu pour aller chercher le moindre gravier. Prévoyez deux sacs.

Vous voilà avec votre canyon-mobile rutilante après 12H de travail acharné. Laissez là vieillir 2 jours dehors de telle sorte que la poussière se redépose.

Il faut à présent la vendre au concessionnaire. Ah oui, pourquoi un concessionnaire. D’abord vous n’allez pas arnaquer un pauvre étudiant sans le sou. C’est pas bien ! Ensuite, c’est un professionnel. Comme un commerçant a le droit de vous mentir un peu pour vous vendre sa camelote (Le dolus malus), inversement, si un professionnel à la remise des clés du nouveau véhicule ne s’est pas rendu compte des vices de votre véhicule tout est pour sa pomme. En effet, un pro’ a les moyens de vérifier l’état d’un véhicule.

*L’habillement* : C’est essentiel ! Pour cela dotez vous d’une bonne tête de vainqueur. Du genre : pas le baroudeur barbu montrant qu’il a fait l’Afghanistan en 2cv. Prenez celle d’un bureaucrate qui aurait grandi dans une bibliothèque et qui ne connais rien à la vie. Il faut que le concessionnaire croit que vous ne connaissiez d’un véhicule que le trou de clé de la serrure de contact du véhicule. L’air crétin a le mérite de faire croire au professionnel péremptoire que vous êtes le genre de type à suivre à la lettre les conseils du constructeur afin de ne pas avoir de problèmes.

*L’entretien avec le concessionnaire* : voilà l’épreuve la plus dure. Il faut garder ses nerfs et ne pas craquer. L’objectif n’est pas loin. Tout d’abord, faîte préalablement un stage au Maroc afin d’apprendre l’art de la négociation et tous les secret du : Ce que je vends est super, ce que tu vends n’a que des défauts. Ensuite ne placez pas votre véhicule devant la vitre du concessionnaire pour qu’il n’observe pas la carosserie pendant une heure. Ne la mettez pas non plus à chaille les oies afin qu’il ne demande pas qu’on l’approche et voit de loin le bas de caisse et les antibrouillards défoncés. En effet, si vous faîtes plusieurs aller-retour ce serait trop bête que l’allumage ne fonctionne pas juste à cet instant. Imaginez le résultat avec votre capot ouvert à trifouiller dans les fils pour la faire démarrer. Placez le bout le plus abîmé contre un mur et entre 2 véhicules pour que l’on ne puisse pas se baisser.

A présent *les excuses* : moment fatidique. S’il remarque que la voiture est poulichée comme un Porsche. Dîtes que vous l’entretenez régulièrement et que vous avez un petit frère de 17 ans qui adore la laver contre quelques petits sous.

Pour les kils en trop : Vous avez votre maman pleine d’arthrite qui habite à 300 km plus au nord. Vous devez aller la voir régulièrement. Prenez vraiment la tête du cocker mouillé. Il pensera qu’à 30 - 40 ans vous ne pouvez pas vous passer d’elle (Je vous rappelle que plus y vous prendra pour un cave, moins il se méfiera). Précisez que vous faîtes surtout de l’autoroute. Ca use moins les véhicules.

Pour le bas de caisse ressemblant à Verdun en 1916. Vous êtes maladroit et vous vous prenez régulièrement les bites à Continent (Oui, l’ancienne chaîne de supermarché rachetée par Carrefour. Vous ne vous en êtes toujours pas rendu compte). Soyons sérieux, sont-ils obligés de mettre de partout ces petits morceaux de béton toujours foutus au mauvais endroit et que l’on ne voit jamais. Mais en dehors de cela vous êtes un conducteur prudent, ce qu’il croira d’autant plus qu’il pense que vous êtes un blaireau.

Pour les pare chocs défoncés et les quelques rayures encore visibles : Vous habitez dans une impasse étroite. Parfois, vous l’accrochez (normal vous un fef). De même, il y a une longue haie qui a fait quelques rayures. Mais le tout partira facilement en la poulichant ;-)

De même, s’il remarque que les spoliers et protections sous la caisse ont disparu, il faut savoir que certains modèles de série n’en possèdent pas ! Donc d’un air niais dîtes : « A bon, je n’en avais jamais vu ». Il pensera même qu’un garagiste les a enlevé pour une autre voiture et que vous ne vous en êtes pas rendu compte.

Bien sur, si vous lui achetez un Partner, inutile de lui dire que c’est pour faire de la piste. Vous en avez besoin afin de mettre votre matériel de vacances. Vous comptez visiter avec, les musées d’Europe centraux. Votre excuse aura touché son impact si un léger rictus se forme sur le visage de votre interlocuteur. Il est déjà entrain de rigoler persuadé que vous n’arriverez jamais à la frontière. Si vous demandez le blocage différentiel, vous en avez besoin au cas où il pleut à Marseille à cause du verglas d’été. Vous avez peur de patiner en remontant la Cannebière. Ne dîtes pas que vous comptez faire avec l’approche de la Bendola au mois de mars.

Vous voilà à présent armé pour revendre votre bouse de voiture. Avec un tel programme vous la refourguerez à -5% de l’argus. Mais rassurez vous, le principal gagnant sera toujours le concessionnaire.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mais 14 ans de mauvaises routes, pistes moisies et jus de combi ont laissés des traces profondes. :-k
Si d'autres personnes ont des conseils complémentaires, je suis preneur. O:) :grin:
PS : la shampouineuse de location fait des miracles pour les sièges et la moquette. :dance:

Avatar de l’utilisateur
M'ilien
rank_4
Messages : 402
Inscription : jeu. 22 sept. 2016 14:25

Message par M'ilien » ven. 30 août 2019 20:42

IP a écrit :Je suis en train de suivre la procédure caracalesque suivante pour vendre ma canyonmobile.
-----------------------------
*Comment vendre votre canyon-mobile puante à un concessionnaire ?*

Le canyon c’est bien, mais il faut une voiture. Cette voiture doit être prête à tout, traverser des fourrés touffus sur des pistes cahotantes. Résister au froid, au chaud, à la pluie, au gel, à la grèle…etc. Vous y vivez dedans avec la clim’ l’été et et le chauffage intégré au gaz l’hiver.

Moralité, au bout de quelques années cette voiture ressemble à un tas de boue. Elle est striée de long en large, par de profondes rainures faîtes par les branches. Les spolieurs en caoutchouc ont explosé, arrachés par des bord de route trop hauts. Le protège châssis en plastiques est en lambeau. Le bas de caisse est défoncé, des touffes d’herbes étant coincées entre les tuyaux. L’intérieur pue le bouc dans une ambiance sub-tropicale. Les bibelots en plastiques sont cassés, 1 boutons sur 2 ne remontent plus les vitres. Inutile de vouloir laver la vitre arrière, l’injecteur est bouché depuis belle lurette et on ne parle pas du moteur et des suspensions ayant parcouru 50 000 km de piste pour 100 000 km de goudron. Surtout que la fermeture centralisée des portes est HS et qu’une fois sur 2 la voiture ne démarre plus du fait de problèmes électriques (Tout a rouillé suite au dernier hiver de bivouac !). Pour passer les vitesse vous avez un levier spécifique tellement elle coince dans l’embrayage qui d’ailleurs dégage une odeur de roussi dès que vous faîtes un manœuvre. Bien entendu, vous dépassez de loin le plafond de kilomètres annuels de ce type de véhicule. Et enfin, comble du comble, la clim a rendu l’âme.

Pourtant, il faut la changer et vous n’avez pas un rond d’autant plus que vous n’avez toujours pas fini de la payer.

Comment vendre un tel os ?

Voilà quelques conseils :

*Maquiller la voiture* : Le plus important est la carrosserie. Allez chez Norauto (Toulon est le meilleur norauto de France, conseil personalisé spécial canyoneur). Achetez les potions suivantes : effaces rayures, pouliche, anti goudron, restauration des plastiques…etc. Vous en aurez quand même pour 45€. (Arghhhhhhhhhhhhh !)

Commencez à laver à grandes eaux votre véhicule. N’ayez pas peur, vous pouvez passer aussi à grand jet l’intérieur du véhicule, il est tellement crade que ça égalisera la saleté. Vous vous rendez compte d’ailleurs que tous les insectes de la terre ont décidé de s’incruster dans la peinture de votre voiture. Ne pouvaient-ils pas choisir celle du voisin. Pour cela laisser des torchons humides dessus pour ramollir l’ensemble. En attendant, nettoyez le dessous de caisse après avoir supprimé tous les protèges plastiques inutile et en charpis.

Les éléments de carrosserie dégagés de sa gangue de boue, vous vous rendez compte que la peinture est recouverte de goudron. Utilisez les antigoudrons qui dissolveront l’ensemble.

A présent tout est propre mais la voiture ressemble à un zèbre du fait des rayures. Utilisez l’antirayure, 80% de celles-ci disparaîtront. Si vous avez l’impression de repeindre votre voiture, c’est normal. Vous l’avez vraiment éclaté. Franchement, y a pas une ou deux pistes que vous auriez pu éviter ! Attention toutefois de ne pas toucher aux plastiques et faîtes cela sur une carrosserie froide.

Mais l’ensemble n’est pas satisfaisant, les couleurs sont irrégulières, les micros rayures se voient encore. Pas de panique, la poulich sera votre sauveur. Passez un bon coup et les dernières traces disparaîtront !

Pour terminer le tout reste à faire luire les plastiques noirs. Prenez un restaurateur de plastique, repassez l’ensemble, ce qui accessoirement fera disparaître vos grands coups de poulich et de peinture. Eh oui, on ne s’improvise pas du jour au lendemain beauf es lettre en tunning de voiture.

A présent l’intérieur. Avec un tournevis décrasser toutes les interstices du véhicule. C’est incroyable tout ce que l’on peut trouver. Ensuite, faîtes briller les plastiques. Nettoyer les vitre ce qui sera d’ialleurs une grande surprise pour vous puisque vous découvrirez que les vitres n’étaient teintées mais couverte de gras. Enfin passer l’aspirateur en utilisant le bout pointu pour aller chercher le moindre gravier. Prévoyez deux sacs.

Vous voilà avec votre canyon-mobile rutilante après 12H de travail acharné. Laissez là vieillir 2 jours dehors de telle sorte que la poussière se redépose.

Il faut à présent la vendre au concessionnaire. Ah oui, pourquoi un concessionnaire. D’abord vous n’allez pas arnaquer un pauvre étudiant sans le sou. C’est pas bien ! Ensuite, c’est un professionnel. Comme un commerçant a le droit de vous mentir un peu pour vous vendre sa camelote (Le dolus malus), inversement, si un professionnel à la remise des clés du nouveau véhicule ne s’est pas rendu compte des vices de votre véhicule tout est pour sa pomme. En effet, un pro’ a les moyens de vérifier l’état d’un véhicule.

*L’habillement* : C’est essentiel ! Pour cela dotez vous d’une bonne tête de vainqueur. Du genre : pas le baroudeur barbu montrant qu’il a fait l’Afghanistan en 2cv. Prenez celle d’un bureaucrate qui aurait grandi dans une bibliothèque et qui ne connais rien à la vie. Il faut que le concessionnaire croit que vous ne connaissiez d’un véhicule que le trou de clé de la serrure de contact du véhicule. L’air crétin a le mérite de faire croire au professionnel péremptoire que vous êtes le genre de type à suivre à la lettre les conseils du constructeur afin de ne pas avoir de problèmes.

*L’entretien avec le concessionnaire* : voilà l’épreuve la plus dure. Il faut garder ses nerfs et ne pas craquer. L’objectif n’est pas loin. Tout d’abord, faîte préalablement un stage au Maroc afin d’apprendre l’art de la négociation et tous les secret du : Ce que je vends est super, ce que tu vends n’a que des défauts. Ensuite ne placez pas votre véhicule devant la vitre du concessionnaire pour qu’il n’observe pas la carosserie pendant une heure. Ne la mettez pas non plus à chaille les oies afin qu’il ne demande pas qu’on l’approche et voit de loin le bas de caisse et les antibrouillards défoncés. En effet, si vous faîtes plusieurs aller-retour ce serait trop bête que l’allumage ne fonctionne pas juste à cet instant. Imaginez le résultat avec votre capot ouvert à trifouiller dans les fils pour la faire démarrer. Placez le bout le plus abîmé contre un mur et entre 2 véhicules pour que l’on ne puisse pas se baisser.

A présent *les excuses* : moment fatidique. S’il remarque que la voiture est poulichée comme un Porsche. Dîtes que vous l’entretenez régulièrement et que vous avez un petit frère de 17 ans qui adore la laver contre quelques petits sous.

Pour les kils en trop : Vous avez votre maman pleine d’arthrite qui habite à 300 km plus au nord. Vous devez aller la voir régulièrement. Prenez vraiment la tête du cocker mouillé. Il pensera qu’à 30 - 40 ans vous ne pouvez pas vous passer d’elle (Je vous rappelle que plus y vous prendra pour un cave, moins il se méfiera). Précisez que vous faîtes surtout de l’autoroute. Ca use moins les véhicules.

Pour le bas de caisse ressemblant à Verdun en 1916. Vous êtes maladroit et vous vous prenez régulièrement les bites à Continent (Oui, l’ancienne chaîne de supermarché rachetée par Carrefour. Vous ne vous en êtes toujours pas rendu compte). Soyons sérieux, sont-ils obligés de mettre de partout ces petits morceaux de béton toujours foutus au mauvais endroit et que l’on ne voit jamais. Mais en dehors de cela vous êtes un conducteur prudent, ce qu’il croira d’autant plus qu’il pense que vous êtes un blaireau.

Pour les pare chocs défoncés et les quelques rayures encore visibles : Vous habitez dans une impasse étroite. Parfois, vous l’accrochez (normal vous un fef). De même, il y a une longue haie qui a fait quelques rayures. Mais le tout partira facilement en la poulichant ;-)

De même, s’il remarque que les spoliers et protections sous la caisse ont disparu, il faut savoir que certains modèles de série n’en possèdent pas ! Donc d’un air niais dîtes : « A bon, je n’en avais jamais vu ». Il pensera même qu’un garagiste les a enlevé pour une autre voiture et que vous ne vous en êtes pas rendu compte.

Bien sur, si vous lui achetez un Partner, inutile de lui dire que c’est pour faire de la piste. Vous en avez besoin afin de mettre votre matériel de vacances. Vous comptez visiter avec, les musées d’Europe centraux. Votre excuse aura touché son impact si un léger rictus se forme sur le visage de votre interlocuteur. Il est déjà entrain de rigoler persuadé que vous n’arriverez jamais à la frontière. Si vous demandez le blocage différentiel, vous en avez besoin au cas où il pleut à Marseille à cause du verglas d’été. Vous avez peur de patiner en remontant la Cannebière. Ne dîtes pas que vous comptez faire avec l’approche de la Bendola au mois de mars.

Vous voilà à présent armé pour revendre votre bouse de voiture. Avec un tel programme vous la refourguerez à -5% de l’argus. Mais rassurez vous, le principal gagnant sera toujours le concessionnaire.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mais 14 ans de mauvaises routes, pistes moisies et jus de combi ont laissés des traces profondes. :-k
Si d'autres personnes ont des conseils complémentaires, je suis preneur. O:) :grin:
PS : la shampouineuse de location fait des miracles pour les sièges et la moquette. :dance:
Bah à part shampouiner la sellerie et les moquettes, un bon coup d'aspi et éventuellement un coup d'efface-rayures, pas grand chose à faire... Après, si ton véhicule a 14 ans, l'acheteur intéressé sait ouvertement qu'il n'achète pas du neuf, donc après tout dépend de l'état de la mécanique, qui peut être un point de négociation de prix (si tu rajoutes des frais à la vente, c'est à prendre en compte pour le prix...)

PS: pour l'odeur de rat crevé, j'ai bien peur qu'à part la destruction par le feu, il n'y ait pas grand chose à faire, c'est quand même pratique d'avoir des fourgons :D

Avatar de l’utilisateur
Dom 39
rank_2000
Messages : 2234
Inscription : lun. 13 sept. 2004 21:06
Localisation : Une vallée du Haut-Jura
Contact :

Message par Dom 39 » ven. 30 août 2019 23:11

:arrow: Ton fameux Poulich, c'est un produit à base de cheval :?:


:whistle:
Plus c'est haut, plus c'est Chaud !

Avatar de l’utilisateur
Rataksès
rank_1000
Messages : 1565
Inscription : jeu. 21 juin 2007 21:55
Localisation : Tav
Contact :

Message par Rataksès » jeu. 26 sept. 2019 13:59

Dom 39 a écrit ::arrow: Ton fameux Poulich, c'est un produit à base de cheval :?:


:whistle:
Ta remarque ne manque pas de sel :mrgreen: Je trouve ça beau :lol: :lol:
Dernière modification par Rataksès le jeu. 26 sept. 2019 13:59, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Roro
rank_3000
Messages : 3585
Inscription : dim. 24 oct. 2004 17:23
Localisation : Saint-Raphael

Message par Roro » lun. 21 oct. 2019 19:17

Et on dit que les garagistes sont des voleurs :-k
Agé ..... certes, ça j'y peux rien, mais pas vieux.

Répondre